Parmi les outils dont dispose le recruteur : le test de personnalité, encore appelé test psychologique. A travers ces tests, le recruteur va chercher à vérifier les traits de votre caractère qu’il a pu déceler pendant l’entretien et chercher à voir si votre profil correspond bien au profil du poste proposé.

Les tests projectifs

Ce sont des épreuves d’imagination. Ces tests sont souvent critiqués. En effet, certains estiment que leur analyse est beaucoup trop liée à la personnalité du psychologue qui est interprète. Le résultat peut difficilement être objectif dans ce cas.

Le TAT de Murray

L’un des plus connus de ces tests est le Thematic Aperception Test (TAT) de Murray, créé en 1943. Son objectif est de mesurer les motivations et les émotions du candidat. On présente au candidat une image, et on lui demande d’imaginer une histoire à partir de cette image. Murray a créé 20 planches (ou images) différentes. Certaines sont présentées à tous les candidats, alors que d’autres sont présentées soit aux hommes, soit aux femmes.

Deux exemples

  • 1re planche : un jeune garçon est assis, les coudes appuyés sur une table. Son visage est posé sur ses mains, et il regarde un archet et un violon posés devant lui.
  • 16e planche : la feuille est entièrement blanche. C’est au candidat de réaliser un dessin et d’en raconter l’histoire.

Les histoires racontées par les candidats sont analysées de deux manières :

  • L’analyse formelle : mode d’expression, sens des réalités, niveau d’intelligence, intuitions.
  • L’analyse du contenu. Pour cela, le psychologue se base sur cinq critères : recherche du personnage principal de l’image, influence de l’entourage, déroulement et fin de l’histoire, analyse des thèmes choisis, différentes attitudes du candidat.

Murray estimait qu’à travers ce test, il pouvait définir les « besoins » du candidat : besoin de domination, d’autonomie, de soumission, de réussite, besoin sexuel, besoin d’ordre, de compréhension, etc.

Quelques petits conseils pour vous préparer au TAT

  • N’extrapolez pas ! Votre histoire doit toujours être en rapport avec l’image.
  • Préférez les situations simples et maîtrisez votre imagination si vous en avez trop !
  • Evitez les thèmes tristes, sexuels ou agressifs… Essayez toujours de rendre votre histoire positive et dynamique.
  • Ne racontez pas votre vie.

Le test des tâches d’encre de Rorschach

Créé en 1921, il est très critiqué et quasiment plus utilisé de nos jours. Très subjectif, ce test vous faisait interpréter des tâches d’encre (vous voyiez un papillon, une fleur…) et le psychologue en tirait le bilan de votre personnalité.

Le test d'Hermann Rorschach

Le test de l’arbre (Charles Koch)

Selon Charles Koch, un dessin est toujours représentatif de la personnalité de son auteur. Pour ce test, on vous demandera de dessiner 4 arbres :

  • Le premier représente vos réactions face à l’inconnu et vos efforts pour les contrôler.
  • Le deuxième arbre doit être différent du premier. Il révèle vos capacités d’adaptation face à une situation connue.
  • Le troisième arbre doit être imaginaire, pour représenter vos désirs et vos éventuelles difficultés à concrétiser ces désirs.
  • Le dernier arbre est dessiné les yeux fermés. Il est censé signifier les problèmes de votre enfance, et l’influence qu’ils peuvent encore avoir aujourd’hui sur votre comportement.

Vos dessins sont ensuite analysés selon des critères précis.

Quelques petits conseils pour vous préparer

  • Réfrénez votre imagination. Comme dans la plupart des tests, simplicité et spontanéité sont vos meilleurs atouts.
  • Oubliez paysage, fleurs, fruits, oiseaux… On vous demande seulement un arbre !
  • Occupez l’ensemble de la page et veillez à bien proportionner votre arbre.

Le test de frustration de Rosenzweig (test des BD)

Assez souvent utilisé pour le recrutement des commerciaux, il mesure les réactions des candidats devant une situation de stress et / ou de frustration. Sa fiabilité a été prouvée par des études montrant que les réponses sont souvent quasiment les mêmes. 24 images de bande dessinée vous sont proposées, comme par exemple :

  • 1er dessin : une voiture éclabousse un piéton. Le conducteur s’excuse et le piéton (vous) lui répond.
  • 11e dessin : une personne (vous) est réveillée par le téléphone à 2 heures du matin et quelqu’un lui dit que c’est une erreur. Vous devez répondre.

L’analyse est réalisée selon deux critères :

  • La direction de l’agression, qui peut être extra punitive (« c’est de la faute de votre interlocuteur »), intrapunitive (« c’est de votre faute ») ou impunitive (« vous n’y êtes pas rien »).
  • Le type de réaction. Votre réponse insiste sur l’obstacle : c’est la « prédominance de l’obstacle ». Vous parlez plus des sentiments ressentis : c’est la « défense du moi ». Ou alors, vous préférez chercher une solution : c’est « la persistance du besoin ».

Le test de personnalité

Une seule consigne : répondre le plus spontanément et le plus honnêtement possible.

Le PAPI

C’est l’un des tests le plus souvent utilisé dans les processus de recrutement.

Il est composé de 90 paires d’affirmations, qui n’ont pas forcément de lien entre elles. On peut citer par exemple :  » je suis travailleur / je suis toujours d’humeur égale ». Vous devez choisir l’affirmation qui vous correspond le mieux.

L’analyse de votre test du PAPI révèlera votre façon de travailler, de réagir face à l’autorité, au changement… L’analyse est toujours axée sur la vie professionnelle. Les résultats sont toujours commentés par le recruteur. C’est une bonne occasion pour vous de réagir, en apportant des exemples concrets par exemple et en argumentant, et aussi d’apprendre à mieux vous connaître. Cela peut toujours servir pour un futur entretien !

Le GZ et le 16PF de Catell

Le GZ est « l’inventaire de personnalité de Guilford-Zimmerman« . Vous devez répondre par oui, non ou par un point d’interrogation à 300 affirmations. Petit conseil : n’abusez pas de cette dernière solution.

Les affirmations concerneront vos goûts, votre comportement. Elles permettront de mettre l’accent sur des traits de votre personnalité tels que la sociabilité, le contrôle de soi, l’ascendance sur autrui, l’objectivité, la tendance à la réflexion…

Le 16 PF comporte 187 affirmations et vous devez répondre par oui, non ou parfois. Comme avec le GZ, des traits précis de votre personnalité sont étudiés à travers l’analyse de vos réponses : ouverture d’esprit, maîtrise de soi, esprit de rivalité…

Les tests informatisés : le Sigmund et le Sosie

Le Sigmund, ou test du potentiel, est régulièrement utilisé pour le recrutement des commerciaux. Il cherche à évaluer 38 traits de votre personnalité répartis selon trois domaines : la vie professionnelle, la vie sociale et relationnelle, et enfin, la dimension psychologique. Suivant le profil du poste proposé, les critères d’analyse seront adaptés.

Pendant ce test, 450 questions (vie courante et professionnelle) vous seront posées. Vous devez choisir parmi les réponses celle qui vous correspond le mieux. Attention, ce test est limité en durée ; il faut donc jouer avec votre spontanéité et votre rapidité. Le Sigmund se conclut avec l’attribution, par le candidat lui-même, de notes sur sa capacité à diriger, sa puissance de travail… Les notes du candidat sont ensuite comparées avec celles déterminées par les réponses données précédemment.

Le Sosie est l’un des plus récents tests de recrutement ; il a été créé au début des années 90. Vous serez confronté à 98 blocs de propositions parmi lesquelles vous choisirez celle sui vous correspond le plus et celle qui vous correspond le moins.

L’analyse s’effectue ensuite selon 4 critères : dimension personnelle, aspirations, travail et échanges. Cela permet d’aboutir sur le profil du candidat. Le Sosie détermine 4 profils différents :

  • Profil A : vous êtes un homme (ou une femme) d’organisation.
  • Profil B : vous avez tendance à être un « chef de projet ».
  • Profil C : vous êtes un « facilitateur ».
  • Profil D : vous êtes plutôt un expert.

Quel que soit le type de tests psychologiques que vous serez amené à passer, les principes de base que vous devez toujours avoir à l’esprit, surtout dans le cas des tests de personnalité, sont : HONNÊTETÉ et SPONTANÉITÉ.

Share